Aujourd’hui, nous allons parler des différences sémantiques entre les langues occidentales et asiatiques.

Ces derniers mois, les marchés asiatiques ont été mis en lumière, ce qui a mis en évidence certaines de ces différences culturelles. Les équipes de marketing parlant une langue occidentale pourraient négliger certaines des différences les plus spécifiques sans se rendre compte de leur importance pour leurs clients au Japon et en Chine.

Si vous tenez compte des détails suivants, vous pénétrerez ces marchés avec une communication meilleure et plus claire. De cette façon, vous serez sûr de développer une relation plus forte avec vos nouveaux clients sur place.

Ce n’est pas nouveau pour les marques de luxe et de mode, qui ont les yeux rivés sur le Japon et la Chine depuis plus de deux décennies de commerce florissant. Pionnières du marketing global, ces marques ont relevé le défi d’adapter leur communication aux pratiques locales. Voici un guide rapide sur les trois défis à relever lors de la localisation de vos sites Web en chinois, japonais ou coréens !

L’expérience de nos clients en matière de localisation vers les langues d’Asie a permis de mettre en lumière les trois principaux défis auxquels ils ont été confrontés en cours de route et qui sont purement liés à la langue elle-même.

(Spoiler alert : Wezen a une solution pour chacun d’entre eux)

  1. Règles de coupure de ligne 🔰 – Le responsive design induit que les phrases peuvent être coupées à différents endroits selon le type d’appareil utilisé. Cela peut avoir un impact sur le sens même de la phrase.

  2. Espaces blancs 💻 – Saviez-vous que toutes les langues n’exigent pas un espace après un point ?

  3. Encodage 🖹 – Les logogrammes prennent plus de place dans la mémoire des ordinateurs !

Défi n° 1 : Règles du saut de ligne 🔰

Jetons un coup d’œil au japonais, au chinois et au coréen. Dans ces langues, certains caractères prennent une signification différente selon qu’ils se trouvent à la fin ou au début d’une ligne. De même, certains groupes de caractères ont une signification particulière et doivent rester groupés.

Contrairement à l’anglais ou à l’espagnol, où les navigateurs Web créent des sauts de ligne entre les mots uniquement, pour certaines langues asiatiques, ils placent ces sauts de ligne entre les caractères eux-mêmes. Cela signifie que vous n’avez aucun contrôle sur le fait que les caractères peuvent se trouver au début ou à la fin d’une ligne.

Ces règles linguistiques sont connues sous le nom de kinsoku-shori pour le japonais. Voici quelques exemples de règles que Wezen Translate met en œuvre pour que votre contenu garde le sens que vous souhaitez une fois en ligne. Leur mise en œuvre a un énorme avantage en ce qui concerne l’appréciation de la qualité rendue par le site web.

Caractères interdits en début de ligne

  • Crochets de fermeture :
"'"⦆»)]} 』】〙

Les caractères japonais qui ne sont pas autorisés au début d’un :

ㇽㇾㇿゕゖㇰㇱㇲㇳㇴㇵㇶㇷㇸㇹㇺㇻㇼー
  • Ponctuation au milieu de la phrase :
・、: ;,
  • Ponctuation de fin de phrase :
.
  • Traits d’union :
-゠-〜
  • Délimiteurs :
 ? !‼⁇⁈⁉

Caractères interdits en fin de ligne

  • Parenthèses d’ouverture :
([{〔〈《「『【〘

Caractères qui ne doivent pas être divisés

  • Numéros
  • Caractères groupés :
一い 昨日ととお

Caractères qui ne peuvent être séparés de rien.

- ...‥
Chinois simplifié

Caractères interdits en début de ligne

〗"~!}¢°-'""†‡'℃∶、。〃〆〕:;?

Caractères interdits en fin de ligne

$(.〖"﹙﹛「[{£¥
Chinois traditionnel

Caractères interdits en début de ligne

〗"~!}¢°-'""†‡'℃∶、。〃〆〕:;?

Caractères interdits en fin de ligne

﹃〈『〔︿︴﹙﹛({︵《「

Caractères interdits en début de ligne

 !%),. : ; ?]}¢°’'"†‡℃〆〈《「『〕

Caractères interdits en fin de ligne

\{£¥'"“(々$(〇〉

Défi n°2 : Espaces blancs japonais

 

En anglais, espagnol, allemand, français, une phrase se termine souvent par un point. Ensuite, un espace marque la séparation avec la phrase suivante. Les systèmes de traduction décomposent les textes en unités plus petites, c’est-à-dire généralement en phrases. Un traducteur traduira ensuite une phrase à la fois.

👩🏫 Pour être efficaces, les traducteurs utilisent des mémoires de traduction, basées sur des algorithmes qui convertissent des paragraphes entiers en segments (alias unités de traduction).
Brian est dans la cuisine.  Où est Brian ?

devient :

Segment#1 : Brian est dans la cuisine.
Segment#2 : Où est Brian ?
 

 

Une fois traduits, en français par exemple, les deux segments seront fusionnés en un seul et même texte. Cependant, afin de conserver l’espace entre les 2 phrases, les 2 segments traduits ne peuvent pas être fusionnés tout de suite : sinon nous obtiendrions cuisine « ..Où« . L’espace doit être intégré.

Vous ne voulez évidemment pas que les traducteurs s’assurent manuellement de laisser un espace après  » cuisine. « . Cela entraînerait beaucoup d’erreurs avec des espaces blancs manquants, etc. C’est pourquoi les outils de traduction assistée par ordinateur veillent à ce que l’espace soit ajouté lors de la compilation des textes traduits.

Maintenant, parlons du japonais.
Voici à quoi devraient ressembler les phrases traduites :

ブライアンは台所にいます。ブライアンはどこ?

Le caractère point (。).) utilisé en japonais comprend déjà un espace dans sa propre conception. Il n’y a pas besoin d’un espace supplémentaire, ce qui donnerait lieu à une disposition bizarre. En laissant des espaces, vous laisserez une mauvaise impression à vos visiteurs en ligne. Assurez-vous que vos outils de traduction tiennent compte de cette spécificité afin que les espaces entre les phrases sources ne soient pas automatiquement reproduits dans les traductions !

Défi n°3 : Encodage

C’est un peu technique, mais crucial. Les nouvelles normes permettent de résoudre ce problème plus facilement, mais vous pouvez vérifier que tous les systèmes que vous utilisez dans votre gestion de contenu / flux de production de contenu peuvent prendre en charge les caractères asiatiques.

Historiquement, un caractère unique est stocké sur un octet, mais ce n’est pas le cas pour les langues asiatiques. En effet, le coréen, le japonais et le chinois, par exemple, nécessitent deux octets pour stocker un seul caractère. Cela signifie que toute votre infrastructure doit être en mesure de gérer le codage à double octet et de s’assurer que les deux systèmes de codage peuvent être réconciliés. Ce qui peut s’avérer pénible pour les équipes informatiques. Avant de lancer toute initiative de localisation en Asie, assurez-vous de tester toutes les plateformes ensemble avec différents jeux de caractères.

Wezen stocke les textes avec un codage UTF-8 qui supporte les deux types de jeux de caractères. Pour être plus précis, et comme les marchés asiatiques semblent particulièrement friands de smileys… nous utilisons utf8mb4 qui supporte tous vos emojis fous 😉.

Une technologie comme Wezen fait en sorte que vous n’ayez même plus à penser à ces défis, car la plateforme intègre les règles nécessaires au niveau technique. Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg… Restez à l’écoute pour d’autres gains rapides dans votre localisation asiatique grâce à Wezen !