Tout ce que vous devez savoir sur les mémoires de traduction

sans titre
Photo par Jesse Martini sur Unsplash

Je m’adresse à de nombreuses entreprises qui cherchent à modifier la manière dont elles traduisent leur contenu. J’aime ces conversations parce que

A) Je suis un peu un nerd de la traduction 👩💻

B) Elles nous apprennent beaucoup sur les diverses décisions – parfois très éloignées les unes des autres – prises par différentes personnes pour optimiser leurs processus de contenu.

Toujours révélateurs, ces échanges sont l’une des raisons pour lesquelles j’aime ce que je fais.

Si de nombreuses entreprises choisissent de confier ces considérations à un prestataire de services linguistiques (PSL), cela vaut la peine de prendre le temps d’analyser vos options.

Au cours du processus de traduction, tout PSL digne de ce nom utilise votre contenu pour créer une mémoire de traduction (MT). Il est ainsi possible de réutiliser des unités de contenu traduites qui ont déjà été utilisées dans des projets antérieurs, ce qui rend le flux de travail de traduction plus efficace pour le PSL – mais cela pourrait-il aussi vous aider ?

Les mémoires de traduction sont des outils très astucieux. Elles peuvent être utilisées pour indiquer si une nouvelle phrase ou unité de contenu a été traduite dans un projet antérieur, en distinguant les correspondances similaires et identiques Elles peuvent même signaler si le contenu apparaît dans le même contexte qu’auparavant.

En donnant accès à tous vos projets antérieurs, une mémoire de traduction peut vous aider à obtenir un ton de voix cohérent pour l’ensemble de votre contenu traduit, même si vos traducteurs changent régulièrement. De même, vos équipes de traduction, qui travaillent en permanence, seront plus efficaces et traiteront votre contenu plus rapidement.

Construite à partir de votre propre contenu, une mémoire de traduction peut devenir un atout précieux en quelques années.

Elle peut même avoir d’autres utilisations : si, par exemple, vous souhaitez lancer un nouveau projet de traduction dont le contenu est légèrement différent mais dont les exigences sont similaires à celles de votre projet initial, vous pouvez inclure la mémoire de traduction d’origine dans votre nouveau projet afin d’améliorer la précision, la VT et la rapidité de la traduction.

Votre mémoire de traduction pourrait également s’avérer utile si vous souhaitez explorer la traduction automatique (TA). Les outils de traduction automatique prêts à l’emploi peuvent être un peu aléatoires, mais avec une mémoire de traduction fiable, vous pouvez entraîner un moteur de traduction automatique à produire de meilleurs résultats adaptés à votre contenu. Avec une approche adéquate, un moteur de traduction automatique personnalisé peut offrir des niveaux de précision similaires à ceux d’un traducteur chevronné. En permettant des traductions à la vitesse de l’éclair, la traduction automatique peut réduire de moitié votre processus de traduction, ne nécessitant l’intervention d’un traducteur humain que pour la post-édition.

 

La traduction automatique peut sembler effrayante, mais si elle est bien faite, elle peut vous faire gagner du temps et de l’argent sans que vos clients ne remarquent la différence, surtout si le moteur de traduction que vous utilisez est basé sur votre propre contenu via une mémoire de traduction.

Demandez à votre prestataire de services linguistiques s’il travaille avec des mémoires de traduction – vous en avez peut-être déjà une, et elle pourrait faire une grande différence pour vos projets futurs.

Pour en savoir plus sur la manière d’obtenir des résultats de traduction automatique précis en utilisant votre mémoire de traduction, envoyez-nous un courriel à welcome@wezen.com ou réservez un entretien de 15 minutes en cliquant sur le lien suivant :https://calendly.com/naomi-burgess/15min.